lago54 /

LAGO54* la plateforme qui célèbre le meilleur de la création africaine

Sur son site internet www.lago54.com LAGO54 propose une sélection pointue de créateurs africains (ou d’origine africaine ou made in Africa), dont certains ont déjà été remarqués lors de fashion-weeks internationales ou de concours de mode.

Ils sont ivoiriens, nigérians, ghanéens, sénégalais, sud-africains et ont crée leur propre label ou atelier. Qu’ils soient couturiers, éditeurs de textiles, designers ou entrepreneurs dans l’univers de la beauté ou du lifestyle, tous participent à re-définir les contours esthétiques d’un continent, longtemps réduit – dans l’oeil occidental- à des clichés surannés.

La sélection opérée par Emmanuelle Courreges, fondatrice de LAGO54, donne accès pour la première fois en France, à des pièces rares et fortes, en petites séries, réalisées dans des ateliers d’exception. Créativité, traditions textiles et matières premières africaines ont guidé cette première proposition. Mais parce que la faiblesse des capacités de production etet la frilosité des distributeurs freinent le rayonnement et le développement de ces marques en France, LAGO54 leur apporte le soutien qui leur manquait. Non seulement elle leur fait confiance, les distribue (en édition limitée et sur pre-order) mais LAGO54, via son agence, se fait aussi l’ambassadrice de cette nouvelle génération de talents auprès des acheteurs (professionnels) français.

L’objectif ? Trouver des boutiques, des concept-stores, des grands magasins pour accueillir cette jeune garde africaine. Au delà de la commercialisation de leurs créations, LAGO 54 place les cultures africaines au centre de son projet: à travers son blog -des interviews, des décryptages, des images-, LAGO54 entend communiquer autrement sur des savoir-faire artisanaux, des traditions textiles, des inspirations culturelles propres au Continent africain et participer à leur valorisation, leur pérennisation, voire à leur (re) découverte. Susciter le désir et la curiosité, changer les regards, telle est l’ambition de cette plateforme pas comme les autres.

* LAGO, c’est « la go » (la nana, la fille dans le langage populaire ivoirien) / 54 pour 54 pays d’Afrique.

La slow fashion & les carnets de commande

Malgré l’engouement dont ils sont l’objet, certains créateurs africains ne peuvent pas répondre à des commandes massives dans les délais fixés par les marchés mondiaux de la mode. 600 ou 2000 pièces en 2 mois, pour certains, c’est impossible.

Pour son lancement, LAGO54 propose une sélection personnelle, disponible immédiatement en édition limitée. Ensuite, LAGO54 s’adapte à la réalité de ces créateurs en ouvrant continuellement sur son site – et dès son lancement- des « carnets de commande ». Vendue sur pre-order, la sélection faite par la fondatrice de LAGO54 permet aux créateurs de créer et produire sans perdre ni leur souffle ni leur âme.

La slow-fashion, c’est l’anti-gâchis. On ne produit que ce qui sera acheté/ porté.

La slow-fashion, c’est trendy. Ce sont des pièces que l’on ne voit pas sur tout le monde.

La slow-fashion, c’est éthique. C’est le respect des créateurs, des matières premières, de l’environnement.

La slow-fashion, c’est l’avenir. Parce qu’il n’y a pas que les créateurs africains qui sont concernés mais tous les jeunes créateurs qui sortent des écoles, sans investisseurs.

COMMENT CA MARCHE?

1. Chaque pièce des carnets de commande verra ces mentions sur sa fiche-produit : – date d’ouverture de la commande. – nombre de pièces à emporter dans une durée de 15 jours à 1 mois. – un décompte / compte à rebours produit – date de livraison estimée (entre 3 semaines et 2 mois)

2. Au terme de la période de commande, le client reçoit un email pour confirmer sa commande dans les 24h par un paiement.

3. Le client est livré à la date de livraison estimée sur la fiche produit.

La fondatrice

Emmanuelle Courreges est journaliste indépendante. A coeur métissé parcours métisse : elle est à la fois grand reporter, spécialiste de questions de société et rédactrice beauté. Ses articles sont ou ont été publiés dans ELLE, l’Express Styles, Grazia, Marie-Claire, Vogue Paris, Vogue Italia, Numéro, Madame Figaro, le Point Afrique ou Paris-Match.

Pour Vogue Italia, elle chronique la Lagos Fashion Week (Nigéria). Elle a écrit de nombreux articles sur la mode africaine et les talents d’Afrique, parus dans le Vogue Italia, ELLE ou Grazia.

Emmanuelle Courreges est née en Afrique, où elle a passé presque vingt ans, entre le Cameroun, le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Grâce à sa famille (son père dirige plusieurs centres culturels français d’Afrique de l’Ouest), elle voyage dans plus de 20 pays d’Afrique (Niger, Mali, Kenya, Mauritanie, Ethiopie, Ghana, etc…) et se lie très tôt d’amitié avec des créateurs de mode, des peintres, des designers, des musiciens ou chorégraphes africains. Elle grandit dans le sillage du plus emblématique créateur de mode ouest-africain des années 80, le malien Chris Seydou. Avec sa mère et Chris, ils parcourent les marchés, caressent ensemble les kente, les kitas, les bazins, les bogolans, les Faso dan fani ou les velours du Kassaï. Avant d’accueillir Jean-Michel Basquiat en personne – et tant d’autres artistes de renommée internationale -, c’est aux artisanats du nord de la Côte d’Ivoire -et en particulier aux tisserands de Waraniéné – que son père consacre sa première exposition au CCF d’Abidjan – plaçant au même niveau les talents du monde et ceux des villages d’Afrique.

Grâce à cette longue immersion dans les cultures traditionnelles et contemporaines africaines, Emmanuelle Courreges a acquis une connaissance intime des textiles africains de même qu’une connaissance de « terrain » des pratiques en cours dans les milieux de la création africaine.

Arrivée à Paris, elle commence sa carrière comme reporter et chroniqueuse littéraire au groupe Jeune Afrique, en parallèle d’études doctorales en littérature africaine. En 2015, elle collabore au livre du photographe Daniele Tamagni, Global Style Battles (ed. Autrement) – elle y signe le chapitre sur la mode au Sénégal. En 2016, elle crée LAGO54, une plateforme qui a pour objet la célébration et la diffusion de la création contemporaine africaine, dans les domaines de la mode et du lifestyle. Elle y propose une sélection personnelle du meilleur de cette création, découverte lors de ses nombreux allers-retours sur son Continent originel.

Emmanuelle Courrèges porte la jupe Jazzy Alicia de la marque ghanéenne Studio 189, en vente en exclusivité en France sur Lago54.

Jupe Jazzy Jeff Alicia – Studio189

×